Le défaut d’accès à l’eau potable, qui concerne 39 % de la population au Togo, est synonyme de maladies, de surmortalité et d’obstacle au développement.